Ocavo  
panier 0
panier
   
Accueil Pas d'intermédiaire Livraison en direct des domaines Fabrication 100% française
ombre



 

Au delà du terroir, la vigne contribue de manière significative au modelage du paysage savoyard. Les limites du développement de ce vignoble sont avant tout tracées par les contraintes de l’altitude et aussi de l’ensoleillement parfois pauvre dû au relief. Le secret du vignoble Savoyard réside dans la combinaison de facteurs tels que la qualité des sols (calcaires permettant de laisser l’eau s’infiltrer, d’emmagasiner la chaleur la journée pour la restituer la nuit), les microclimats, l’exposition au soleil, etc.
Les parcelles exposées au sud produisent vins fruités (Chignin), alors que les vignes exposées au nord-est donnent des vins minéraux (Apremont).
Toutes ces composantes ont permis la culture de nombreux cépages : Le Pinot et le Chardonnay restent marginaux, contrairement au Gamay (importé du Beaujolais produisant des vins fins et légers), à la Mondeuse (cépage local produisant des vins rouges charpentés), la Jacquère (le vin blanc le plus dominant), l’Altesse (à l’origine des vins blancs vendues sous le nom « de roussette de savoie »), la Roussanne (vins blancs de haute qualité) et le Chasselas (utilisé pour la majeure partie en Haute-Savoie).

 

Les vins de Savoie sont classés en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) pour les meilleurs terroirs, VDQS (Vin Délimité de Qualité Supérieure) et les vins de pays:
L’A.O.C. Seyssel existe depuis 1942. Celle-ci concerne les vins blancs tranquilles (A.O.C. Seyssel) ou effervescents (A.O.C. Seyssel mousseux). Ils sont réalisés avec les cépages altesse (ou roussette) et molette (20 % maximum).
L’A.O.C. Crépy classé en 1948, produit des vins blancs obtenus à partir du cépage chasselas.
L’A.O.C. Roussette de Savoie, classé en 1973, produits du vin blanc uniquement avec le cépage roussette (ou altesse).
L’A.O.C. vins de Savoie, depuis 1973, comprends 59 communes, dont 17 avec un nom de cru : Abymes, Apremont, Arbin, Ayze, Charpignat, Chautagne, Chignin, Chignin-Bergeron, Cruet, Jongieux, Marignan, Marin, Montmélian, Ripaille, Sainte-Marie-d'Alloix, Saint-Jeoire-Prieuré et Saint-Jean-de-la-Porte.

A proximité de la Savoie se trouve le vignoble du jura étendu sur une bande nord-sud de 80 kilomètres s’étalant de Saint-Amour à Salins. La diversité du relief, l’exposition au soleil, le terroir et les cépages, a permis l’obtention de vins extrêmement variés – rouges, blancs, rosés, mousseux, de paille, jaunes, Macvin et fine.

Les vins du Jura sont élaborés à partir de cépages locaux et d'autres en provenance de Bourgogne : le Poulsard (cépage rosé, vinifié ici pour le vin rouge), le Pinot noir (cépage de vin rouge d'origine bourguignonne), le Trousseau (cépage local riche en tanin, à la source des grands vins rouges du Jura), le Chardonnay (apporte une grande teneur en arôme aux vins blancs) et le Savagnin (cépage local.

Le sol du Jura est lui aussi un véritable puzzle réunissant plusieurs couches de roches : marnes grises, bleues ou noires du lias moyen ou supérieur, se mélangeant avec du calcaire. Les terrains composants le Jura appartiennent à l'ère Jurassique, 150 000 ans en arrière, et occupent les deux tiers du département. Un sol jouissant d’une richesse et d’une fraicheur incroyable,propice à la vigne et particulièrement aux cépages jurassiens. Ce territoire bénéficie du climat continental et bien entendu favorable à la culture de la vigne. Malgré des hivers rigoureux, l’été y est sec et chaud et l’automne plutôt doux.

Le vin dans cette région offre des caractères divers et originaux comme peut l’illustrer le Vin jaune. Ce vin est fabriqué uniquement à partir du cépage Savagnin, avec la particularité d’être vendangé tardivement, parfois même après les premières gelées.
Tous ces vins sont regroupés sous quatre appellations géographiques : « Côtes du jura », « Château-Chalon », « L’étoile », « Arbois ». Les vins du Jura ont la particularité d'être rassemblés en appellation "produit": "Macvin du Jura" et "Crémant du Jura"

 

 

Les vins de Savoie et du Jura

Un vignoble qui suscite l’étonnement par sa présence dans une région où les neiges éternelles et les glaciers ne font qu’un avec le paysage. Une manière bien atypique de cultiver la vigne, qui demande une attention toute particulière. Voici un terroir Savoiyard offrant des vins vifs comme l’air des montagnes.

Le vignoble de la Savoie est morcelé des rives du Lac Léman à la Vallée de l’Isère, en passant par le Lac du Bourget. Les parcelles du vignoble savoyard ont des superficies comprises entre 2 ares à 50 hectares pour les plus exceptionnelles. Celui-ci s’est frayé un chemin sur les coteaux escarpés et des pentes ardues, au gré d’un relief capricieux toujours en recherchant une exposition au soleil optimale.

 


Pierre Tochon rapporta en 1872 que les auteurs latins, Columelle et Pline, avaient dès le premier siècle après JC, fait mention des vignes d’Allobrogie. Allobrogie (ou Allobroges) étant le nom que portaient les territoires de la Savoie et le nord de l’Isère dans l’Antiquité. « La culture de la vigne dans l’Allobrogie était arrivée à un haut degré de perfection, puisque déjà, on imitait les grecs qui, les premiers, apprirent à parfumer, à aromatiser les vins en introduisant dans leur fabrication des substances étrangères ». L’Histoire des vins de Savoie fut reprise en main au Moyen-âge par l’Eglise et plus particulièrement les moines. Ces derniers perfectionnèrent les  techniques de vinification du vin et d’entretien des vignes. Au XIX° siècle, l’annexion de la Savoie à la France n’eut guère de répercussion sur le vin de Savoie. La concurrence redoutée avec les vins du midi ne s’est pas fait sentir en raison de la crise Phylloxérique qui terrassa une partie conséquente des vignobles français. Malgré la création en 1883 de syndicats de défense au sulfure de carbone, 85% des communes Savoyardes étaient contaminées par le Phylloxéra en 1885. Le XX° siècle fut marqué par la recherche de la qualité et la replantation de la vigne. Cependant, la première guerre mondiale, suivie de la mévente de la récolte en 1922, la crise de 1930 et l’exode rural, entrainèrent un nouveau recul de la production des vins en Savoie.

 
 

Les vins de Savoie en quelques mots :

Superficie : environ 1800 hectares
Nombre de producteurs : /
Sol : calcaire et argile
Climat : continental
Répartition de la production : 80% de vin blanc
Production annuelle : 140 000 hectolitres

24 crus

 
 
 
 

Les vins du Jura en quelques mots :

Superficie : environ 1900 hectares
Nombre de producteurs : /
Sol : variés à dominante calcaire
Climat : continental
Répartition de la production :
Production annuelle : 75 000 hectolitres
90% de la surface viticole produit des vins d'appellations

 
 

> Les vins de la Vallée du Rhône

> Les vins de Provence

> Les vins du Bugey

> Les vins d'Alsace

> Les vins de Champagne

> Les vins de la Vallée de la Loire

> Les vins de Savoie

> Les vins du Jura