Ocavo  
panier 0
panier
   
Accueil Pas d'intermédiaire Livraison en direct des domaines Fabrication 100% française
ombre



Toute la grandeur d’un patrimoine provient de son histoire, mêlée de moments de gloire mais aussi parsemée d’obstacles. Les deux guerres mondiales, puis la crise phylloxérique anéantirent le vignoble à plusieurs reprises. Cette situation engendra des difficultés financières pour les producteurs qui optèrent pour production quantitative, au dépend d’une production qualitative.

Il faudra attendre les années 1950 pour que les vignerons du Bugey réaffirment la grandeur de leur terroir, par une prise de conscience générale qui déboucha en 1955 sur la création du Syndicat de défense viticole du Bugey. Cette organisation visait à commercialiser les vins du Bugey et à accroitre la qualité de ses vins. La récompense ne tarda pas à se faire entendre. Toute la ferveur déployée par les vignerons du Bugey aboutit à l’accession en 1958 à l’Appellation d’Origine Vins Délimités de Qualité Supérieure Bugey, dans 63 villages. Les vins du Bugey bénéficient d’une image de qualité reconnue par les connaisseurs et d’une notoriété en plein essor du coté des amateurs de vins. C’est dans ce contexte que l’élévation au rang d’AOC est actuellement en cours de discussion.

Les vins du Bugey sont audacieux et se distinguent nettement par rapport aux autres vins de l’Est de la France. Composé essentiellement de vin blanc et de mousseux, le vignoble du Bugey reste modeste par sa taille d’environ 500 hectares, répartis sur trois territoires de production : Belley, Montagnieu, Cerdon.

L’aire de production de Belley nous transporte vers des vignobles établis sur des coteaux à dominante calcaire sur des pentes à faible inclinaison.
Le travaille des vignobles du Cerdon est rendu très délicat par les fortes pentes sur lesquels ils sont cultivés. Pouvant atteindre des altitudes élevées (jusqu’à 500 mètres), les vignes du Cerdon sont exposées plein sud, permettant à ces dernières de jouir d’un ensoleillement maximale.
Montagnieu, zone située sur la rive droite du Rhône, offre à ses vignobles des sols argilo calcaires et éboulis calcaires, sur des pentes abruptes exposées elles aussi plein sud pour puiser toute la qualité contenue dans chaque plan que compose ces vignobles.

Une multitude de cépages ont adopté le Bugey. Altesse, Molette, Roussette, Jacquère, pour le vin blanc. Le Chardonnay, également un cépage incontournable dans cette région, y façonne des vins ronds et fruités. Le vin rouge en minorité produit des vins fruités grâce à ces cépages typiquement locaux, tels que, Mondeuse, Pinot Noir, Poulsard et Gamay.

A la croisée de régions produisant des vins bien différents les unes des autres, vous découvrirez l’art de concevoir le Cerdon. Ce vin pétillant, original, doux, fruité et léger est produit à partir de l’union du Gamay, du Poulsard et d’une subtile Méthode Ancestrale. Celle-ci repose sur un processus de fermentation naturelle en bouteille, source de la finesse de ses bulles. Cette méthode est propre à la production du Cerdon et se distingue de la méthode Champenoise ou Traditionnelle.

 

Les vins du Bugey

Le Bugey, terre de combats et de résistance face aux envahisseurs, garde l’emprunte d’une personnalité marquante de son histoire. Située au centre de cette région, Belley a vu naitre Brillat-Savarin, gastronome réputé, auteur de l’ouvrage « physiologie du gout » et propriétaire d’un vignoble à Manicle. Ce personnage n’a cessé de prôner les bienfaits de ces vignobles produisant des vins aux caractères originaux. Le vignoble du Bugey est localisé à la pointe sud-est du département de l’Ain, au point de rencontre de trois grandes villes européennes, Lyon, Grenoble et Genève.

Nous avons pu retracer l’origine des vins du Bugey à partir du 1er siècle après J-C. Le peuple Romain, précurseur en matière de production viticole et fin connaisseur pour l’époque, cultiva le vignoble du Bugey. Bénéficiant d’une bonne renommée, les vins du Bugey rivalisaient en tête sur les places de Rome face à la concurrence des vins Italiens. C’est au moyen-âge que les vins du Bugey dévoilèrent toute leur puissance, grâce aux moines qui y fabriquaient des vins remarquables d’abbayes, tels que le vignoble de la «Chèvrerie » à Culoz. Après la Révolution, les moines perdirent la main sur les vignobles du Bugey, pour céder la place à des propriétaires fortunés,  focalisant le développement du vignoble principalement autour du Revermont et de Belley.

L’apogée du vignoble Bugiste se produisit au XIX° siècle, dévoilant une superficie supérieure à 700 hectares, et un rendement représentant 25% de la production agricole.

 

Les vins du Bugey en quelques mots :

Superficie : 500 hectares
Nombre de producteurs :
Sol : calcaire
Climat : semi-continental
Première déclaration de récolte sous l’appellation en 1959.
Production annuelle : 30 000 hectolitres

 

> Les vins de la Vallée du Rhône

> Les vins de Provence

> Les vins du Bugey

> Les vins d'Alsace

> Les vins de Champagne

> Les vins de la Vallée de la Loire

> Les vins de Savoie

> Les vins du Jura